La voix des Chênes emmène son public aux Etats-Unis


Jean-Daniel Favre, pianiste, et Claire Petter, directrice.

Même les dames ont adopté la tenue cow… girl!

Les Kids, nullement impressionnés par le public.

Le grand départ, et c’est Madame qui conduit!
Un choeur mixte de village, ça vit, et surtout ça voyage !
Pour ses soirées annuelles 2012, les 26, 27 et 28 avril, celui de La Voix des Chênes avait choisi d’emmener son nombreux public dans une virée aux Etats-Unis en prenant pour thème les dames au volant sur les routes US.

Emmené par sa directrice Claire Petter, le choeur avait soigneusement préparé les différentes mélodies, tandis que Jean-Daniel Favre, le pianiste du groupe, s’était chargé de leur harmonisation. L’équipe «décors» de Jean-Claude Péguiron n’avait pas non plus ménagé ses efforts pour montrer une Amérique plus vraie que nature avec les improbables rencontres que l’on peut y faire en chemin, pour peu que l’on arrive à louer un camping-car. Bon, c’est vrai qu’on a eu droit à tous les poncifs de la femme au volant et des engueulades maritales qui s’ensuivent, mais c’était fait avec tellement de… coeur !
La Voix des Chênes est une belle équipe d’une bonne quarantaine de copains et de copines qui visiblement savent s’amuser tout en assurant une qualité chorale remarquable. Claire Petter n’y est sans aucun doute pas étrangère car, pour ce qui est de la conduite de l’ensemble et du travail à exécuter, sous un abord bon enfant elle sait ce qu’elle veut et comment faire pour l’obtenir.

Même les Kids, pour la plupart enfants des choristes, ont fait montre d’une jolie maîtrise dans les pièces qu’ils ont interprétées. Quant aux chanteurs-acteurs, ils n’ont pas été en reste das la dizaine de saynètes qu’ils ont jouées. Certaines de leurs réparties pourraient figurer dans un lexique de la mauvaise foi quand c’est Monsieur qui joue les passagers, tandis que Madame tient le volant… et oublie le frein à main !
Pour ce qui est du répertoire abordé, il faut saluer la prestation de tout le choeur dans des pièces qui n’étaient pas spécialement faciles, où tant les dames que les messieurs ont fait montre d’un bel engagement. Les voix sont claires et équilibrées, la diction est bonne tout comme la précision des attaques. Le pianiste lui, a cette jolie fluidité qu’apporte une longue expérience d’accompagnateur rompu à cet exercice.
Enfin, le choeur se porte bien et a fêté cette année deux jubilaires : Jozelle Studmann et Philippe Métraux, lequel préside toujours aux destinées de la société. En résumé et à trois reprises, jeudi, vendredi et samedi derniers : un moment de plaisir et de détente comme il en faudrait plus et souvent !

Ch. Dutoit